RIP Online.com - LA CARRIERE DE JEAN PIERRE BELTOISE ( 1937-2014 )
Signaler
un décès
Connexion à votre compte
1er dépositaire gratuit de vos souhaits post-mortem
Vous êtes ici > Accueil > LA CARRIERE DE JEAN PIERRE BELTOISE ( 1937-2014 )

LA CARRIERE DE JEAN PIERRE BELTOISE ( 1937-2014 )

Le champion automobile  français est mort lundi au Sénégal des suites d'un double AVC.

Le Figaro.fr revient sur les grands moments de la carrière de ce grand coureur automobile.

LE SCAN SPORT - Retour sur cinq dates incontournables dans la carrière du géant du sport automobile français décédé lundi à Dakar, à 77 ans.

1961. Jean-Pierre Beltoise est souvent présenté comme un pilote automobile. C'est un peu vite oublier qu'il a fait ses armes sur deux roues avant de se glisser dans les voitures. Au guidon des motos entre 1961 et 1964, il va rapidement se faire un nom en décrochant onze titres de champion de France dans diverses catégories (50cc, 125cc, 175cc, 250cc, 500cc). En 1963, il participe malgré tout à sa première course auto, à 26 ans, lors de la Targa Florio, avec une voiture de René Bonnet.

En 1964, il se lance véritablement sur quatre roues. Lors des 12 Heures de Reims, une épreuve d'Endurance disputée quelques jours après les 24 Heures du Mans, il est victime du plus grave accident de sa carrière. Après une glissade, sa voiture sort de la piste. Le pilote est projeté à plusieurs dizaines de mètres dans un état dramatique (17 fractures!). Son bras gauche est broyé et le pilote est dans le coma (il y restera deux jours). Il passe à deux doigt de l'amputation. Son bras est sauvé mais la mobilité de ce membre est amoindrie (son coude restera bloqué). Beltoise peut malgré tout continuer à tenir un volant, c'est bien là l'essentiel.

En 1971, il participe aux 1000 km de Buenos Aires avec l'écurie Matra. Sa voiture est en panne sur la piste. Le pilote décide de pousser le bolide sur la gauche du tracé avant de rejoindre les stands. Malheureusement, deux Ferrari arrivent juste derrière. Mike Parkes, le premier pilote, le voit et l'évite de peu. Mais l'Italien Ignazio Giunti percute de plein fouet la voiture du Français, miraculé. Le Transalpin trouve la mort dans cet effroyable accident. En Argentine, il est suspecté d'avoir été à l'origine du décès («homicide par imprudence») mais à l'époque, le règlement n'interdisait pas de pousser son véhicule sur la piste. Suspendu provisoirement par la Fédération française de sport automobile, il récupèrera sa licence au bout de trois mois après avoir été victime d'une campagne de presse pénible. Triste parenthèse qui vient souligner l'extrème dangerosité des sports automobiles à cette époque.

1972. L'heure de gloire. Jean-Pierre Beltoise remporte son unique grand prix de Formule 1 (en 85 courses) au volant d'un BRM. Mais quelle victoire, sur le mythique tracé de Monaco! Sous un ciel sombre et une piste détrempée, il joue les équilibristes en devançant l'as du pilotage sous la pluie, Jackie Ickx et une autre légende des circuits, Emerson Fittipaldi, qui avait signé ce week-end là sa première pole position en F1. On raconte que si Beltoise s'est imposé ce jour-là, c'est «grâce» à son accident de 1964. Puisqu'il n'avait qu'un seul bras (le droit) d'entièrement valide, il avait acquis un sens très fin des changements d'adhérence. Fer de lance du sport auto français, Beltoise obtient enfin la consécration en Formule 1. Cette année-là, il terminera 11e du championnat.

En 1969, il termine au pied du podium des 24 Heures du Mans. L'histoire de Jean-Pierre Beltoise est indissociable de celle de l'épreuve mancelle à laquelle il a pris part 14 fois, dont 7 au volant d'une Matra. C'est d'ailleurs avec un des protos du constructeur français et associé à Piers Courage qu'il signe son meilleur résultat (4e) l'année de la première victoire de Jacky Ickx dans la Sarthe. «Pour l'année prochaine, il n'est pas du tout sûr que nous revenions au Mans. Pour ma part, j'en suis ravi car je suis contre les courses qui se déroulent de nuit et contre les épreuves de 24 Heures», avait déclaré le pilote après la course. Aussi étrange que cela puisse paraître, Beltoise n'aimait donc pas du tout cette course.



Derniers articles